logo
  • Aquarellemagnanerie

Quelques nouvelles juillet-août 2020

 

… /… LES ETAPES DU DEVELOPPEMENT HUMAIN.

  La découverte de la paternité.

ML Souriant Après l'amour, il y a la paternité ; c'est l’étape quasi normale vers laquelle conduit l'amour. Mais  cette paternité pousse, beaucoup plus loin encore que le développement de l’amour, l’individualisation et la personnalisation de chacun car le père (ou la mère) reste seul  sur  son chemin, il est père. Ses enfants n'auront pas du tout sa singularité personnelle, même s'il est père comme tout le monde (c'est-à-dire s'il embrasse ses enfants matin et soir...). Il n’y a pas deux       pères qui se ressemblent parce que leur paternité la plus originale n'est pas tellement la paternité      du dehors, c'est-à-dire celle des sentiments qu'ils peuvent porter à leurs enfants mais c'est  la  paternité du dedans. Les enfants sont encore plus vivants peut-être au fond du cœur du père qu'ils    ne sont vivants devant ses yeux. La paternité du dedans est beaucoup plus originalement personnalisante que la paternité du dehors. Ses enfants, d'une certaine manière, ne sont pas en   dehors de lui mais sont en lui et restent en lui.

 Du côté de la maman, on insiste sur le fait que le cordon ombilical doit être coupé et qu’il n'est       pas toujours bien coupé. Du côté du père, ce n'est pas la peine d'insister sur cet aspect mais il est certain que les enfants restent "dans le père" d'une certaine façon, qu'ils sont nourriciers du père,     car si le père donne à ses enfants, la présence des enfants est essentielle à la nourriture spirituelle     du père. Il y a un échange, inconscient mais très réel, qui fait qu'à l'amour que le père porte à ses enfants il y a comme un fruit spirituel pour lui-même. C’est cet  amour  (non  pas  que  nécessairement les enfants portent à leur père) que le père porte à ses enfants au-dedans de lui-  même dont je parle. Les enfants sont greffés sur sa propre vie à tel point que dans les souvenirs      du père (ou du grand-père), les enfants sont  inséparables  des  souvenirs  personnels.  On  se  souvient de sa vie, avec et sans pouvoir se séparer du souvenir de ses enfants. Quand mon père    m’en parlait, on avait l'impression que les événements de l'enfant servaient continuellement de cadence pour l'histoire du père, tellement il y a une liaison intime, essentielle, entre la vie et la présence des enfants dans le père et la vie du père.

 Cela crée une originalité qui va bien dans le sens de tout ce que nous avons dit tout à l'heure.        Plus que l'amour en un certain sens, au moins autant et dans la même direction que l’amour, la paternité engendre la personnalité, engendre la vie spirituelle.

 

 La prise de conscience des liens ancestraux.

 Quand on est père de famille ou grand-père ou quand on a l’âge d'être grand-père tout en étant seulement père, non seulement les enfants sont pour nous l'origine d'une vie spirituelle qui est absolument inséparable de notre propre vie mais, en vérité, ils nous découvrent quelque  chose. Quand on est père, on commence à redécouvrir ses propres parents. On ne sait pas ce qu’a été vraiment notre père pour nous-même tant que nous  ne  sommes  pas  nous-même  père,  de  telle sorte que ces enfants qui nous sont donnés non  seulement nous apportent quelque chose par ce  qu’ils sont mais ils nous font découvrir nos ancêtres. Une des choses les plus précieuses que nous apportent les enfants, c'est précisément de  nous  donner une  liaison  vivante  avec  ceux  qui nous ont précédés. Par la paternité, nous découvrons ce qu'est la filiation.

 Par une certaine extrapolation, j'ai l’impression que le développement spirituel de  l'homme  implique, à partir d'un certain  moment,  une  prise  de conscience de  tous  ceux qui. dans le passé, ont été à l'origine de ce qu’il est. Notre hérédité est un lien sacré avec tous ceux qui ont été à   l'origine de notre sang, de sorte que les enfants, si nous correspondons bien à ce que la paternité   nous propose, nous conduisent petit à petit à prendre conscience d'une solidarité profonde avec       des êtres que nous n'avons jamais connus. Peut-être que nous arriverons ainsi à saisir des êtres comme on peut les saisir dans l’éternité. Je n'en sais rien. Mais ce que je veux dire tout de même,  c'est que la liaison que nous avons avec nos ancêtres a une intériorité et un universalisme qui, sur cette terre, semblent bien les images les plus représentatives, les plus expressives, de ce que peut   être la paternité transcendantale de Dieu.

 

 …/…A suivre : « LES ÉCHECS DE BASE SONT DUS AU DÉPHASAGE AVEC L’IDÉAL HUMAIN: »