logo
  • entete2
  • entete1
  • entete3
  • entete4
  • entete5
  • entete7
  • entete6
  • entete7
  • entete7
  • entete7
  • entete7

Actualités

Edito janvier 2018

                   

          L’année 2017 s’achève et chacun, à sa place, dans et autour de notre association, fait ce qu’il pense devoir faire, à quelque titre que ce soit. La ruche travaille. Merci à chacun.

           Parmi les traces ‘’visibles’’ de l’année,  la parution de  ‘’PRIER15 JOURS AVEC M.L.’’ autour de D. Barnérias, ‘’  UN TEMOIN POUR LE XXI ème siècle ‘’par E.Fouilloux et D.Lerch,  la réedition augmentée de ‘’PRIERES D’HOMME’’ …et tout récemment le dernier recueil de Xavier Huot   « MARCEL LEGAUT, sa pensée et ses « camarades » (2 tomes, 534 pages). Je l’attends avec …émotion, car je le sais, bien plus qu’un inventaire du passé, ces traces portent en elles, sous un coffret patiné par le temps, un trésor, un état d’esprit, une soif neuve qui aujourd’hui encore nous sollicite, nous conduit à poursuivre et à inventer.

           Dans cette aventure humaine qui débute en 1925 autour de M.L., inaperçue bien souvent car elle n’est pas que de ce monde, la découverte de la solitude fondamentale s’accompagne  de la nécessité de rencontres régulières « où les gens ne croient perdre leur temps en se taisant ensembles »,  «  car nous avons besoin les uns des autres pour nous approfondir spirituellement . « Ce queAquarellemagnanerie donnent ces rencontres va bien au-delà de ce que nous pouvons atteindre chacun de notre côté » (Articles et conférences Cahier 8 Tome II p.377 ).Peut-on penser qu’il y a là un des innombrables grain de sel dont ont besoin les sociétés pour ne pas devenir ‘’anti-humaines, anti-spirituelles’’ ? (Q.N.314 1ère page).

            Le calendrier de l’A.C.M.L., entres autres, avec les 30 ans de la mort de M.L. en 2020, le centenaire des groupes Legaut en 2025 nous donnera l’occasion de renouer avec la brûlure intérieure de cette singulière fraternité de ‘’camarades ‘’, qui étaient bien de ce monde.

            Je nous souhaite pour 2018 de « rêver d’une communauté » et de souffler sur ses braises, là où nous sommes.

Francis Bonnefous