logo
  • entete2
  • entete1
  • entete3
  • entete4
  • entete5
  • entete7
  • entete6
  • entete7
  • entete7
  • entete7
  • entete7

Actualités

Quelques nouvelles mars 2019

                                                                                                                             

 

L’INTELLIGENCE DE SA MORT

 

L’homme à la recherche de son humanité - ChIV :  p 80, 81. Aubier

 

 L'activité spirituelle qui permet cette prémonition est différente de l'imagination fabulatrice.

 

 MLMarcheQui ne connaît pas encore cette activité spirituelle que chacun doit normalement découvrir un jour, ne peut que la confondre avec la fabulation que nourrissent l'esprit de système et la sentimentalité. Activité spirituelle et fabulation ont, en effet, entre elles des ressemblances externes. Cependant, la première se différencie radicalement de la seconde. Elle n'est pas ordinairement donnée au commencement de la vie, tandis que l'autre est l'activité normale de l'enfance. Il faut cependant noter l'annonciation que connaissent certains jeunes dès l'adolescence, quand ils entrent dans une vie plus personnelle. Ils découvrent dans une lumière et une joie qui pourront s'éteindre mais qui ultérieurement se montreront fondées, ce qu'ils sont appelés à être s'ils sont fidèles à leurs très profondes aspirations, qui sont aussi de très réelles inspirations. Mais précisément ces dernières sont alors perçues de façon si ardente qu'on doit dire que, malgré leur âge, ils ont déjà fortement vécu.

 

Cette activité spirituelle suppose une vie déjà bien constituée sur des bases solides, vigoureusement engagée par des initiatives personnelles, ce que la fabulation intellectuelle et sentimentale n'exige pas, dont au contraire elle dispense et à quoi elle substitue ses élaborations. Cette activité toute intérieure donne la force d'être soi-même, et non l'occasion et le moyen de se distraire de sa condition. Elle affronte le réel et l'assume autant que cela est possible, au lieu d'aider l'homme à le fuir. On pourrait même injustement la soupçonner de cultiver à l'excès le pessimisme, tellement elle se défie des doctrines consolantes, issues de l'imagination protectrice et trompeuse, qui tendent à faciliter la vie en cachant son tragique latent et l'inconnaissable qui la cerne de toutes parts.

 

Une sérénité quasi végétative, convient mieux à cette activité spirituelle, que les excitations de la pensée ou du sentiment, qui au contraire nourrissent la ratiocination de l'esprit et le vagabondage de l'imagination. Sans nul doute, le recueillement de l'âme lui est encore davantage favorable. Cependant, aucune de ces deux dispositions ne lui est absolument nécessaire. Elles ne sont d'ailleurs pas non plus suffisantes à la naissance de cette activité spirituelle qui vient à son heure, indépendamment de la volonté de l'homme et de ses techniques.

 

 

Tout au contraire, l'homme peut se livrer à sa faculté fabulatrice quand il le décide ; le résultat qu'il obtient est de l'ordre de tous les autres biens, toutefois plus réels, qu'il acquiert, et qui cependant restent précaires et bientôt lui échappent. Par contraste, rien n'est plus stable en lui que la prescience due à l'activité du souvenir. Même s'il la laisse à l'écart de son attention ordinaire, elle est là, cachée, silencieuse, mais toujours disponible dès qu'il est suffisamment présent à lui-même. Elle relève de son être.

 

Enfin, tandis que l'imagination fabulatrice aime ce qu'elle fabrique et ce qu'elle se donne, s'y confine, n'opère que pour l'obtenir et le renouveler, cette activité spirituelle est dès le début absolument détachée de ses créations. Elle ne s'en sert que pour les dépasser.