logo
  • entete7
  • entete1
  • entete2
  • entete3
  • entete4
  • entete5
  • entete7
  • entete6
  • entete7
  • entete7
  • entete7
  • Accueil
  • Vie de l'Association
  • Vie des groupes

Vie des groupes

Les groupes sont nés pour la majorité à partir de 1970, lorsque Marcel Légaut fit paraitre ses grands livres majeurs, "Introduction à l'intelligence du passé et de l'avenir du Christianisme" et "L’homme à la recherche de son humanité".
Consulter l’annuaire des groupes Légaut

Va vers toi

              Halte spirituelle du 5 au 10 septembre 2017 proposée par Bernard Lamy.

Nous nous prêtons à l’exercice de l’assise silencieuse (façon za-zen = zen assis) : libres de nos attachements, de nos traditions religieuses, de nos concepts sur Dieu, de notre imaginaire peut-être, à l’aveugle dans un lâcher-prise total, pauvres de biens et riche en dénuements.

Deux fois par jour, deux séquences de 25’ entrecoupées d’une courte marche lente.
Porte intérieure ouverte, assis sur une chaise ou sur un petit banc, dressé vers le ciel comme un arbre bien enraciné,  les yeux clos ou mi-clos,  respiration abdominale, expiration calme et tranquille, chacun à son rythme, sans jamais forcer, les mains posées, relâchées, nous ne cherchons aucune pensée ; celles-ci arrivent cependant, mais nous les laissons passer, sans les retenir. Belle unité de notre petit groupe dans le silence et le partage simple et vrai.

« Oh ! n’être rien, mais seulement être » (Marcel Légaut « Travail de la foi » DDB p.111)

Oui, cette semaine, une transformation a eu lieu ; je m’en suis aperçue au retour : le pays intérieur se découvre habité.
                                                                                       Ariane

Cinéma et spiritualité

        Voici mes impressions après mon premier séjour à la Magnanerie de Mirmande lors de la rencontre "Cinéma et spiritualité" animée par Joseph Thomas.

        Tout d'abord mon premier contact avec les participants lors de l'apéritif de bienvenue a été chaleureux et bienveillant.

        Je disposais d'une chambre agréable et spacieuse, donnant sur le terrain qui entoure la Magnanerie, au confort simple et fonctionnel.

        En ce qui concerne la vie de la communauté, nous participions suivant un plan pré-établi à différentes tâches (épluchage des légumes, mise du couvert, préparation du petit déjeuner, vaisselle, etc.) dans une ambiance sympathique et conviviale.

        J'ai beaucoup apprécié les menus végétariens concoctés par Brigitte et Edith. Certains ont regretté un déséquilibre dans les menus surtout au début.

        Le temps de méditation en commun avant le petit déjeuner nous permettait de nous recueillir et de prier pour bien débuter la journée.

        La bibliothèque que Francis a mis à notre disposition nous a permis de découvrir la riche bibliographie de Marcel Légaut, des ouvrages sur Marcel Légaut, les livres de J.Thomas, les cartes de Claude Challandes ...

        Tout au long de la semaine, Joseph Thomas nous a présenté des extraits  de films à réflexion humaniste "lieu d'une transcendance à hauteur d'homme" comme l'écrit Joseph Marty.

J'ai découvert , entre autres:

-“Le retour” et “Léviathan” films du Russe Andréi Sviaguintsev.

-“Blancanieves “film de l'espagnol Pablo Berger.

- “Les premiers, les derniers” de Bouli Lanners.

- Deux cinéastes américains de la transcendance et du devenir, Eugène Green “ La religieuse portugaise”et “Le fils de Joseph” et Terrence Malik “The tree of life”.

J'ai particulièrement apprécié les échanges après les films qui éclairaient les points restés obscurs. Certains ont regretté qu'on n'ait pas davantage parlé de nos ressentis après les films. Les allusions à André Bazin, Henri Agel, Amédée Ayffre , Michèle Debidour, Olivier Clément, Adolphe Gesché....incitent à explorer la richesse de leur travail d’écoute de la qualité humaniste et spirituelle du cinéma.  

Ce fut une semaine riche entre apports des participants, rencontres, visions.

Si cette rencontre a une suite en 2018, je souhaiterais renouveler l'expérience.

Merci à Joseph pour son écoute, sa compétence et sa disponibilité.

                                                                   Chantal Malmontet  (Rodez)

Dire Marcel Légaut et les Psaumes

        C’était la troisième année que le comédien Gérard Rouzier animait une semaine à Mirmande. Il a récemment témoigné dans les Essentiels de la Vie de son parcours cahotique et exigeant qui l’a mené à devenir un porteur de la parole de Vie. Depuis 25 ans, il proclame le texte de Jean l‘Évangéliste à la demande et multiplie aussi des créations  sur Charles de Foucauld, Van Gogh,  Luther... Nous avons eu, durant la semaine, la chance de  l’entendre proclamer à Crest, une bonne partie de Jean devant un public ouvert.

        Passer une semaine avec lui est nettement plus décapant. Il s’agissait pour la douzaine que nous étions de nous mettre au par-coeur d’un texte de Psaume ainsi que d’un texte de Légaut. Alternativement. Les assimiler et se laisser conduire  par le comédien afin d’atteindre à une lecture qui vienne de l’intérieur et soit simple. Au départ, la tendance est de proclamer, à la fin elle est de seulement dire en servant le texte et en se détachant de soi. Bel exercice de simplification  et de vérité. Les textes de Légaut dont nous connaissons tous le style écrit, prennent une couleur nouvelle. Peu à peu, dans cet apprentissage en commun d’une parole singulière pour chacun, les masques tombent : on se sent fraternel. Fréquenter  un acteur et vivre le quotidien à la Magnanerie, une chance supplémentaire pour reprendre le fil de sa vie. Plusieurs participants ont découvert Légaut à cette occasion.

                                                                                            Joseph T.

Lire et méditer l'Evangile avec Marcel Légaut

Il y eut huit jours à la Magnanerie avec Dominique Barnérias pour tenter de lire l’évangile à la lumière de sa vie comme Marcel Légaut aimait tant le faire et l’écrire dans « Méditation d’un chrétien du XXè siècle »

Ce fut la lecture suivie des chapitres : Notre Dame de l’Espérance, Bethzatha (Jean 5), le trésor caché II, les deux commandements, la samaritaine I.

D’abord, chaque jour, nous avions la possibilité de faire l’expérience de la présence de Dieu, dans le silence de l’oratoire, le temps que l’on veut, avant le petit déjeuner.

Puis Dominique nous demandait de l’écouter deux heures le matin et autant l’après-midi. Je n’ai rien enregistré, j’ai seulement pris quelques notes, assez peu d’ailleurs parce que nous avions la possibilité d’acheter son petit ouvrage : « Avec Marcel Légaut éveilleur spirituel » dans la collection Nouvelle cité, Prier 15 jours.

En fin de journée nous pouvions écrire une prière, nous recueillir et la lire dans l’oratoire.

Voici tout simplement le recueil de quelques notes prises à la volée et mes  prières rédigées le soir :

-        Il est important d’entrer dans l’intelligence de ce que Jésus a vécu, en correspondance avec les appels reçus, et d’entrer dans l’esprit qui animait Jésus : sa vie intérieure

-        La lecture de l’évangile nécessite une conversion du cœur. Se reformer pour trouver l’esprit de Jésus, voir comment il a cheminé vers son humanité…

-        Devenir contemporain de Jésus contemplant son activité spirituelle.

Lire la suite

L'Art pour sauver le monde. Chemin

CHEMINS

                Esquelbec, Dunkerque, Paris, Valence, Montélimar… Traverser la France pour découvrir un lieu perdu dans la Drôme, balayé par le vent et le soleil, fort de l’empreinte de Graf Durckheim et Marcel Légaut, deux sages du 20ème siècle en quête d’humanité. Nous voici réunis chez ce dernier pour une rencontre en petit comité autour du philosophe Bernard Stiegler et sa réflexion sur l’art pour sauver le monde.

            La magnanerie m’invite immédiatement à un voyage « bas les masques » : son charme désuet fleure bon un temps passé, à explorer, à ressusciter ; le jardin  prête à rêver, à se déposer, à prêter attention à ce qui voudra bien émerger ; l’accueil, surtout, chaleureux et discret, parait nous remercier de notre présence alors qu’au fil de la semaine une gratitude s’est imposée. Tout ne fut pas facile pourtant. Bernard Stiegler a une pensée exigeante, aride parfois, et je me suis bagarrée avec des « Pourquoi ? Je ne comprends pas. Paul, pourrais-tu s’il te plait ?… » Je tente de fuir une démarche trop intellectuelle craignant de m’y noyer. L’animateur, qui ne s’est jamais départi de sa patience,  fait preuve d’une belle pédagogie pour alimenter notre réflexion :

-          Qu’est  ce qu’une bonne vie d’homme en ce début de 21ème siècle ?  interroge t-il en se référant à Aristote, Dominique Bourg et Bernard Stiegler. Aujourd’hui, la société de consommation donne l’illusion d’un « infini » qui se substitue à « l’infini de Dieu » tel que nous l’ont transmis les générations passées. Gardons une vigilance vis-à-vis du prêt-à-penser qu’offre le marketing dans notre monde globalisé, au risque de perdre les liens sociaux, l’estime de soi, le sens de la vie. Veillons  à nous « écarter des routines devenues automatismes ».

Lire la suite

Révélation, héritage, transmission

Si en des jours de notre vie, un texte, une œuvre, un auteur, ont su faire résonner en nous  quelque chose  d'essentiel, éclairant d'une lumière nouvelle le chemin de notre vie, au point d'y apporter le sens parfois obscur que nous cherchions en vain, le réconfort, la joie et peut être l'enthousiasme ont pu s'emparer de nous ainsi que le désir, le souci, voir  l'impériosité  de le faire partager, dans un mouvement de gratitude, de fidélité à celui qui nous avait apporté une telle révélation, mais aussi dans la fidélité à ce que nous sommes devenus et à ce que nous avons à devenir...

Se pose alors la question difficile de la transmission aux générations qui nous succèdent. Comment préparer un héritage ?

S’il s'agit de biens matériels on remarquera que la vraie transmission laisse libre celui à qui on transmet dans le respect de ce qu'il est, dans un environnement bien différent du nôtre  autrefois, ce qui lui fera utiliser cet héritage de manière bien différente de ce que nous avions imaginé au point de nous faire éprouver que cet héritage est gaspillé, perdu...

Lire la suite

Tisser sa vie à partir du réel

Participer pour la première fois à une session à Mirmande constitue-t-il un événement ?

Autant l'avouer tout de suite, le titre de ce billet est plus un clin d'oeil aux familiers des écrits de Marcel Légaut, qu'une question en attente d'un développement.

Participer pour la première fois à une session à Mirmande, c'est découvrir une maison, une vraie maison de famille, où il fait bon vivre, circuler, partager, manger, échanger. Ma gratitude va aux personnes qui, au fil des ans, prennent soin de ce lieu.

C'est découvrir un espace où la parole peut circuler, sans censure, en liberté, au gré de ce que chacun veut dire de lui-même, chemin faisant. Merci à chacun des participants de cette session.

Que dire du “fond”, de ce qui a coloré ces temps d'échange entre nous ? Qu' en reste-t-il quelques semaines après ?

J'ai conscience que nous n'avons fait qu'effleurer quelques fragments des écrits et la pensée de Marcel Légaut. Je perçois d'ailleurs toute la difficulté de faire sienne cette pensée, qui ne fait pas système mais qui, comme toute pensée, est destinée “à faire penser, ce qui signifie déplacer nos idées, faire mouvoir leur articulation” (Maxime Rovere). Cela suppose une familiarité qui s'acquiert à force d'une lecture patiente et nécessite donc beaucoup de temps.

Lire la suite

Sur les traces d'Etty Hillesum et Marcel Légaut

Sur les traces d’Etty Hillesum & de Marcel, Légaut, ce fut,  un été…l’été dernier

 

 Ou « le courage d’être soi sans être à soi », aurait écrit  ce brave Marcel comme il me plait tant à l’interpeller depuis cet été.

M’autorisant déjà quelques familiarités  avec cet homme dont j’avais fait  la connaissance seulement depuis un peu plus d’un an en me préparant au 1er stage animé par Gérard Rouzier sur « Prières d’homme » en août 2015, me voilà donc ré-embarquée dans une nouvelle aventure Légaut/Hillesum à Mirmande !

Mais quelle folie m’avait-t-elle donc poussée  une fois de plus, à m’inscrire à ce stage animé par Gérard dans ce lieu magnifique et ô combien « magique » de la Magnanerie ?

Sans doute, la confiance en sa  parole maintes fois accordée, la certitude d’un « autre petit bout de soi » que j’allais devoir rencontrer, l’audace, le courage, (voire un brin de malice  connaissant un peu notre ami Gérard) J de lui adjoindre la parole de cette jeune juive hollandaise  dans « une vie bouleversée »…tout y était pour qu’une fois de plus, à pieds joints, j’y saute !!

Que n’avais-je pas fait en m’inscrivant –comme à mon habitude- à l’instinct à ce stage, lorsque peu à peu, le 1er jour du stage approchant, il me fallut  lire cette inconnue,  Etty – et m’y ennuyer copieusement sur les 77 premières pages !!

Alors je savais qu’il m’en faudrait encore du « courage » pour continuer sa lecture ; car celle-ci m’était pénible, un peu plus, chaque jour, tant cette jeune femme ne me montrait d’elle-même, qu’un visage où « elle était tellement à soi » « sans être soi » ! Tout ne tournait qu’autour de sa « petite » personne, de ses amours, de ses angoisses, de ses états d’âme pour des choses qui me paraissaient tellement futiles vu le contexte de guerre et d’horreur, d’où elle écrivait !!

Oui, il m’en fallait du « courage » pour arriver à Mirmande et en toute honnêteté, avouer que je n’avais pas lu l’intégralité de l’ouvrage d’Etty !

Lire la suite

Cheminer avec Teilhard de Chardin et Marcel Légaut

Notre session clôturait en quelque sorte la saison d’été à Mirmande. Nous fûmes en fin de compte quatorze personnes à avoir répondu présents au thème de la session. La répartition entre « teilhardiens » et « légautiens » fut égale. La Belgique, représentée par Arlette Lepot et Marleen Lismont, et l’Allemagne, représentée par Peter Tvrdy, venu en moto de Darmstadt,  donnaient à la session une allure de colloque européen.

La session se proposait d’abord d’éclairer la relation du jeune catholique Légaut, étudiant à Normal Sup, au prêtre qu’était le P. Teilhard de Chardin, chargé de cours de paléontologie à l’Institut catholique, lorsque ce dernier, de retour de Chine, venait rendre compte de ses découvertes et de sa pensée. Après la présentation des deux biographies et des grandes lignes de leurs pensées, Chantal Amouroux, suite à ses nombreuses recherches, nous révéla maints aspects méconnus de cette relation et de l’influence réciproque qu’ils eurent l’un sur l’autre. En effet Légaut fut influencé par la personnalité intègre du P. Teilhard et par sa pensée novatrice, celui-ci bénéficiant du contact avec ces jeunes catholiques de l’élite française pour affiner et mûrir sa pensée. Ils se seraient rencontrés pour la première fois le 17 novembre 1924 chez le P. Portal, au 14, rue de Grenelle, puis lors des conférences et des retraites données aux Talas puis au Groupe Légaut jusqu’en 1939.

Dominique Lerch, nous accompagna, dans cette découverte, pour évoquer le contexte religieux et idéologique de l’époque, dont « la crise moderniste ». Il nous conduisit du « Syllabus » de Pie IX en 1864 à la veille de la deuxième guerre mondiale, en passant par le concile Vatican I (1870), l’Affaire Dreyfus (1894-1907), la loi de 1905, l’excommunication d’Alfred Loisy en 1907, etc.

Lire la suite

Lecture renouvelée de la Bible pour aujourd'hui

La rencontre du 14 au 20 août 2016, par son thème : « Lecture renouvelée de la Bible pour aujourd’hui » était une nouveauté.

Elle a réuni 13 personnes intéressées par cette manière de lire l’Écriture (4 venaient pour la première fois à La Magnanerie).

Le travail sur les textes bibliques s’est déroulé selon la démarche de « lecture figurative »[1] proposée par Malou Le Bars, intervenante dans différents groupes de formation et recherches bibliques. Le temps de travail était réparti sur les matins et les après-midis, en grand groupe et en petits groupes. Nous étions aussi invités à écrire (librement) sur ce que ces lectures nous inspiraient, et nous l’avons partagé le jeudi soir. Les textes ont été recueillis, par Jean à l’issue de la session, et présentés, accompagnés de photos. Le dernier jour, nous nous sommes retrouvés à l’oratoire pour une célébration de la parole.

La vie commune à La Magnanerie était rythmée par  les « rendez-vous » que nous connaissons bien : méditation matinale, services, rencontres de 10h et de 17h, conversations et échanges spontanés à partir de livres, d’articles, visionnement de film, repas... Deux rencontres « improbables » ont créé d’heureuses surprises :

Lire la suite

Un chemin de prière avec Marcel Légaut

Un chemin de prière avec Marcel Légaut. Du 17 au 23 Juillet 2016.

Cinq jours pour découvrir ce que Légaut disait de la prière, comment il priait, comment il nous invite à prier, c’était un défi. Pour chacun, ce fut un vrai itinéraire spirituel, une transformation qui touche à l’intime, où il est possible de se situer en vérité face à soi-même, face à Dieu, sans avoir peur du regard des autres. Un très beau climat de fraternité s’est très vite instauré entre des personnes qui ne s’étaient jamais rencontrées, avec beaucoup de bienveillance mutuelle, de sens du service, de joie de partager. Chacun a habité le rythme habituel des journées de Mirmande : recueillement à 8h suivi du petit déjeuner à 8h30. De 10h à midi, lecture des textes de Légaut sur la prière, dans Prières d’homme et dans Intériorité et engagement. Après la lecture, chacun s’exprime s’il le souhaite, certains le font plus facilement que d’autres, mais il y a un vrai enrichissement mutuel dans la compréhension de Légaut. L’après-midi, nous prenons un autre style, qu’on peut qualifier de « dialogue contemplatif ». Après avoir écouté un texte de prière de Légaut, nous réagissons à tour de rôle, sans nous interrompre, en un tour de table, puis un deuxième tour de table permet de dire comment on a été touché par les remarques des autres. On se laisse enseigner par la prière de Légaut. Puis chacun est invité à écrire sa propre prière, en écho au texte de Légaut. Nous partageons ces prières dans un grand respect et une écoute mutuelle à l’oratoire. La prière de Légaut nous provoque dans notre propre prière ; il insiste si souvent sur le fait que chacun doit créer sa prière, à longueur de vie.

Un chemin s’est ouvert pour nous, il ne demande qu’à être poursuivi. »

                                                                                            Dominique Barnérias

 

Des témoins pour faire connaître la démarche de Marcel Légaut…

Marcel Légaut a ouvert des voies nouvelles en notre temps dans l'approche du mystère de l'homme, de Jésus et de Dieu. Sa pensée et sa démarche peuvent rejoindre les attentes de beaucoup de nos contemporains qui s'interrogent sur le sens de leur existence et qui souhaitent une Eglise plus proche de l’Evangile.

Au sein de l'Association Culturelle Marcel Légaut et avec l'appui de son Conseil d'Administration, nous sommes un groupe de quatre personnes qui depuis deux ans avons travaillé ensemble pour nous approprier la pensée et la démarche spirituelle de Marcel Légaut avec le désir de la partager avec d’autres.

Aujourd'hui, nous sommes disponibles pour animer ici et là des rencontres (journée, week-end) en vue de faire connaître cette pensée et cette démarche spirituelle.

Lire la suite