logo
  • entete2
  • entete1
  • entete3
  • entete4
  • entete5
  • entete7
  • entete6
  • entete7
  • entete7
  • entete7
  • entete7

Actualités

Edito avril 2018

Soyez humain si vous voulez être original !

 C’est la recommandation ultime que donna un jour le poète  Max Jacob d’origine juive  devenu chrétien (1876-1944)  à  son jeune ami et poète nantais, René Guy-Cadou ( 1920-1951), avant d’être interné et de mourir au camp de Drancy. Par l’expression « vouloir être original »  Max Jacob exhortait son cadet  à inventer son existence d’une manière personnelle et donc inédite, sans  être à la remorque des mille conditionnements ambiants. Ce n’était pas si simple dans la France de Vichy occupée par les nazis.

 C’est le même appel  que Marcel Légaut, près de trente ans après sa mort, ne cesse de nous adresser à travers sa démarche spirituelle  dont  ses livres gardent la trace. Dans notre monde d’aujourd’hui, il ne nous est pas plus évident d’accéder à la liberté intérieure que dans les années 40. Marcel Légaut demeure un éveilleur incomparable. Etre en recherche de sa propre humanité, tel est en effet, durant sa longue existence,  son souci primordial, l’unique nécessaire auquel il se consacre. Dans ce travail d’humanisation se joue le sérieux et la valeur de son existence,  sa fécondité créatrice.

Lire la suite

Quelques nouvelles avril 2018

8 juillet 1990 à Mirmande.

Méditation avec Marcel LEGAUT. La messe. Dernier extrait du topo.

 

  Pendant sa vie, Jésus montra à ses disciples la fécondité de ces réunions dans les moments particulièrement intimes qu’il passa avec eux, et que relatent les évangiles. Sans doute en de nombreuses occasions, Jésus avait assuré à ses disciples qu’il serait au milieu d’eux lorsqu’ils se réuniraient en son nom. Quelques heures avant que tout fût consommé, en ces instants trop denses, trop lourds aussi, les dernières paroles de Jésus, arrachées plus encore que vraiment préméditées, furent l’ultime promesse de celui qui s’en va, sa tâche accomplie et, en vérité, sa mission à peine commencée ; mission qu’il confia aux siens sans en méconnaître l’impossibilité, sans en ignorer leur impuissance. Ce fut une véritable prière qu’il leur adressa. Elle s’appuya sur tout ce qu’il avait été pour eux, sur tout ce qu’ils avaient été pour lui. Elle se fit d’autant plus pressante qu’elle était plus urgente et plus nécessaire. Elle eut l’intensité et la solennité de cette heure suprême.

 

MLProfil Par cet  appel tout nourri d’un passé encore intensément présent, Jésus demandait à ses disciples de se livrer ensemble et personnellement dans la foi, à l’activité du souvenir, pour ne pas être insensiblement à perdre le sens profond de ce qu’il avait apporté et qu’ils avaient reçu sans avoir été capables, sur le moment même, d’en saisir non seulement la nouveauté radicale mais aussi la puissance créatrice. Sinon, comment ne seraient-ils pas alourdis par les pesanteurs de la vie quotidienne, ballotés et entrainés par les évènements? Comment ne céderaient ils pas finalement à la poussée de leur atavisme spirituel, à la pression de leurs traditions religieuses, à l’influence des mentalités qu’ils affronteraient dans leur apostolat ?

 

  Par cette promesse, Jésus assurait à ses disciples, « faisant ceci en mémoire de lui », qu’il trouveraient ainsi le contact avec l’absolu qui renouvellerait leur foi ; contact direct et intime qu’ils avaient connu auprès de lui, dans les heures bénies où il était non seulement devant eux mais en eux, tant sa parole issue directement de lui-même les pénétrait, les transformait, les comblait, les faisait être.

 

 Au-delà de ses premiers disciples, le même appel et la même promesse s’adressaient à tous ceux qui leur succèderaient dans la foi, le long d’un avenir que les apôtres concevaient à la taille de leur temps et de leurs espoirs, mais que Jésus, dans une réponse évasive, ne voulait pas mesurer et avouait ignorer. C’est ça qu’on peut comprendre mais ce n’est pas encore certain. Jésus est mort de fidélité à une mission qu’il découvrait au fur et à mesure qu’il avançait.

 

Marcel Légaut un témoin pour le 21ème siècle

 

 Actes de la journée d’études sur Marcel Légaut

Les actes de la journée d’études sur Marcel Légaut, préfacés par Jean-Claude Guillebaud, sont disponibles, sous le titre de « Marcel Légaut Un témoin pour le 21ème siècle » par les éditions du Temps présent.

Nombre d’anciens s’expriment là sur les auteurs qui ont accompagné Légaut (Guy Lecomte), sur la nourriture spirituelle apportée par lui (J.Y Bellay, Jacques Musset), sur ce lieu de rencontre qu’est Mirmande (Françoise Servigne)... Le contexte dans lequel Marcel Légaut a vécu est scrupuleusement pesé dans l’intervention d’Etienne Fouilloux qui examine les destinées de Jacques Chevalier, Garric et Marcel Légaut, celle de Joseph Thomas avec le cas de Le Roy, professeur au Collège de France mis à l’index. La présence des membres du groupe Légaut est mise en scène avec Marie-Thérèse Perrin (Dominique Lerch), tandis que Domingo Melero situe le défi socratique de Légaut en Espagne. Avec Quelques Nouvelles, on dispose d’un outil précieux pour

couverture ML

la connaissance du groupe (Antoine Girin). Une des rares interventions de Marcel Légaut, dans Le Monde est analysée par Serge Couderc, tandis que des aspects plus opératoires (foi en soi et carence d’être ou l’ouverture à l’Orient) sont pesés par Thérèse de Scott et Bernard Lamy, chacun à sa manière. Jean Philippe Légaut et Francis Bonnefous  concluent cette journée, dont les actes sont maintenant disponibles.

                                                                                                                                  Dominique Lerch

Prières d'homme en espagnol

L'AML d'Espagne vient de publier et d'envoyer à ses abonnés la seconde édition de Plegarias de hombre (Prières d'homme). Pour commander, veuillez vous adresser à Pedro León, secrétaire de l'AML (email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Le prix d'un exemplaire incluant l'envoi postal est de 12 €. Nous joignons plus bas une brève présentation rédigée par Domingo Melero, traducteur et responsable de cette édition:

GoyaOracion en el Huerto 2Cette édition de Pd'h possède quatre caractérisitques. Premièrement (comme dans les éditions antérieures) ont été réunis en un seul texte les préfaces des deux éditions de Aubier 1978 et 1984. Légaut approuva l'idée de récupérer les douze paragraphes supprimés et remplacés par douze autres en 1984 (Voir l'explication aux pages 106 et ss de cette édition). Deuxièmement (comme dans l'édition antérieure) ont été  inclus les textes de prière utilisés par Légaut durant les dernières années de sa vie et donc absentes dans l'édition de 1984 (voir les prières X et XI: "Très haut amour..." et "Vie et mort de Jésus..."). Troisièmement, la grande nouveauté est l'ajout de la version française des prières de 1984 (la dernière édition) ayant pour but de présenter en 58 notes, les variantes les plus significatives issues de la comparaison de cette version avec les quatre versions précédentes publiées en feuillets ou en livre à partir de 1972 (voir pp. 63-90). Essai d'édition critique, ces notes, même si elles contiennent peu de commentaires interprétatifs, montrent des changements très révélateurs quant à une meilleure intelligence du travail d'expression de Légaut ( voir par exemple, les notres 7, 8 et 17). À la fin de cette section, la version des prières de 1969-70 inclut quatre premiers paragraphes qui sont particulièrement réussis et caractéristiques de Légaut ([1]).  Finalement, le livre se termine avec un essai rédigé par Domingo Melero tant sur les idées de Légaut concernant la  prière que sur les textes de prière eux-mêmes. Cet essai a aussi été modifié et nous l'espérons amélioré à l'occasion de cette nouvelle édition. ([2]).

Pour voir les autres livres de Légaut traduits et édités en espagnol par l'AML, se référer à la page web suivante: http://www.marcellegaut.org/?id=libros&tit=Libros



[1] Pour l'élaboration de cette comparaison des 5 versions des prières, l'éditeur a pu compter sur l'aide de Serge Couderc.

[2] Voir la version en langue française du site web de l'AML.

Prier 15 jours avec Marcel Légaut

Pourquoi ce livre :  Prier 15 jours avec Marcel Légaut ? 

Le 30 mars 2017, sort en librairie cet ouvrage (disponible également auprès de l’ACML) auquel je pensais depuis de longues années. C’est pour moi une dette de reconnaissance envers Marcel Légaut, pour tout ce qu’il a été pour moi dans mon itinéraire de chrétien et de prêtre. Je l’ai découvert en 1991, grâce à deux livres envoyés par un ami alors que j’étais coopérant au Tchad : Patience et passion d’un croyant, Intériorité et engagement. Ils laissèrent sur moi une impression profonde d’unité, de cohérence, de force dans la pensée, de radicalité dans la vision d’un christianisme ancré dans la connaissance de Jésus. Marcel Légaut m’a accompagné durant mon séminaire, j’ai travaillé sur lui pour rédiger mon mémoire de maîtrise sur l’Eglise dans sa pensée, sous la direction de Hervé Legrand, qui n’aimait pas Légaut.

Prier15joursMLJe pensais donc à ce livre depuis plusieurs années, car après avoir travaillé théologiquement sur Légaut, je voulais mettre en lumière ce qui m’a au fond le plus apporté chez lui : le fait qu’il est un éveilleur et un maître spirituel, que sa foi profonde appelle à un cheminement jamais terminé. Il me semble que c’est une bonne approche pour transmettre son œuvre aux générations qui ne connaissent pas Légaut.

La petite collection « Prier 15 jours » a de nombreux avantages : elle est largement reconnue par un public intéressé par les questions spirituelles. Elle existe depuis de longues années, elle est bien présente dans les librairies religieuses et les meilleurs volumes demeurent de longues années après leur publication dans les rayons. Je pense qu’elle permettra à des personnes nouvelles de rencontrer Légaut. J’ai conçu ce petit volume, qui a un format léger (120 pages), dans cet esprit : le faire découvrir tout en permettant de vivre un itinéraire spirituel à sa suite et à sa manière. Il ne s’agit donc pas d’une découverte intellectuelle, mais d’une proposition pour entrer dans la compréhension intérieure de Légaut, et pourquoi pas ensuite, de continuer à le fréquenter.

Je suis donc heureux que le CA de l’ACML m’ait relancé il y a quelques mois pour écrire ce livre et que la direction littéraire des éditions Nouvelle Cité ait tout de suite accepté que Marcel Légaut entre dans leur collection. Il y avait clairement sa place.

Père Dominique Barnérias, diocèse de Versailles.

Vous pouvez vous procurer cet ouvrage au prix de 12,90 € en librairie ou au secrétariat de l’A.C.M.L. :

Françoise Servigne - 407 avenue de la Libération - 77350  Le Mée-sur-Seine – France –

01 60 68 91 49 ou 06 62 57 65 11 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.